RENDEZ-VOUS AVEC LE SPECIALISTE. PREMIERE VISITE

Imfer:Home/RENDEZ-VOUS AVEC LE SPECIALISTE. PREMIERE VISITE
RENDEZ-VOUS AVEC LE SPECIALISTE. PREMIERE VISITE 2017-05-22T11:32:37+00:00

Première consultation

Lors de la première visite avec le spécialiste, nous recueillons vos données médicales et tout spécialement les données relatives à la fertilité du couple. Les données les plus importantes sont:

  1. L’âge du couple
  2. Les antécédents de grossesse
  3. Les antécédents chirurgicaux et habitudes toxiques
  4. Les éventuelles maladies familiales héréditaires
  5. Les antécédents de pathologies gynécologiques telles que, infection pelvienne, myomes, conisation, endométriose, etc.
  6. La durée et la fréquence des cycles menstruels. La durée des règles.
  7. Pour l’homme, les habitudes toxiques, son passé médical, les médicaments, les résultats médicaux d’urologie et d’infection

Les examens que nous sollicitons pour la première visite sont les suivants: une écographie vaginale, un bilan hormonal, un examen de perméabilité des trompes (selon le traitement préconisé) et un spermogramme.

Échographie vaginale: grâce à celle-ci, nous voyons la taille, l’aspect et la forme des ovaires ainsi que de l’utérus. De cette manière, nous pouvons écarter la présence de kystes ovariens, d’endométriose, de polypes, myomes, etc.

L’examen des trompes (hystérosalpingographie): il consiste en une radiographie pelvienne qui se réalise après l’introduction d’un liquide de contraste. Ainsi, nous connaîtrons l’état et la perméabilité des trompes.

Le bilan hormonal: cette prise de sang nous permet de connaître la valeur des hormones impliquées dans le cycle ovarien. Elle nous donnera des informations concernant la réserve ovarienne, ainsi que la probabilité d’ovulation.

Le spermogramme: cette analyse de sperme évalue fondamentalement la quantité, la mobilité et la morphologie des spermatozoïdes. Nous réalisons ensuite divers examens: le test de récupération des spermatozoïdes mobiles, de présence d’anticorps anti-spermatozoïdes, de vitalité, etc.

En fonction des résultats, il est possible de solliciter d’autres examens complémentaires. Tout ceci dans le but d’arriver à un diagnostic qui explique les causes de stérilité.

De plus, il est possible que l’étude de fertilité soit normale. Dans ce cas, en fonction de l’âge, du temps d’infertilité et des antécédents médicaux, nous conseillons en général de réaliser une stimulation ovarienne avec insémination artificielle ou un cycle de Fécondation In Vitro. En plus d’essayer d’obtenir une grossesse, ces traitements servent à approfondir l’étude et essayer de découvrir les causes de l’infertilité.
Parmi les examens complémentaires, on peut souligner:

  • Test de fragmentation de ADN spermatique.
  • FISH de spermatozoïdes.
  • Étude de méioses dans le tissu testiculaire.
  • Caryotype.
  • Hystéroscopie diagnostique.
  • Laparoscopie diagnostique.

Le test de fragmentation de l’ADN spermatique. Cet examen consiste à connaître l’état du matériel génétique du spermatozoïde. Il est réalisé directement sur les spermatozoïdes et il s’agit d’évaluer s’il existe des ruptures d’ADN. Dans certains cas (stress oxydatif, facteurs toxiques, hautes températures), il peut se produire des ruptures d’ADN spermatiques qui peuvent conditionner la viabilité de l’embryon. Ces altérations se produisent généralement au niveau de l’épididyme, où se stockent les spermatozoïdes, juste au-dessus des testicules. Généralement, nous analysons entre 500 et 800 spermatozoïdes, de cette manière nous établissons la normalité quand le pourcentage de spermatozoïdes altérés est inférieur à 25%.

Généralement, nous analysons entre 500 et 800 spermatozoïdes, de cette manière nous établissons la normalité quand le pourcentage de spermatozoïdes altérés est inférieur à 25%.

FISH dans les spermatozoïdes. Grâce à l’hybridation fluorescente, nous pouvons savoir s’il y a des altérations chromosomiques dans les spermatozoïdes. Actuellement, la technique ne peut s’appliquer que pour l’étude de 5 chromosomes (13, 18, 21, X et Y) que possède le spermatozoïde. Mais cela nous aide à établir s’il pourrait exister une altération quant à la constitution chromosomique des spermatozoïdes. L’emploi des spermatozoïdes altérés provoque la création d’embryons altérés qui ne s’implantent pas ou qui finissent en fausse couche.

Étude de méiose dans le tissu testiculaire. La méiose est le processus par lequel les cellules réduisent de moitié leur constitution chromosomique dans le but de générer une gamète, comme dans le cas des ovules et spermatozoïdes. Si cela n’est pas effectué efficacement pour des raisons génétiques ou environnementales, il n’y aura pas de bonnes gamètes et ceci pourrait mettre en danger la fertilité. L’étude de méiose dans le tissu testiculaire consiste à obtenir un parenchyme testiculaire au moyen d’une biopsie et d’étudier la méiose pour vérifier que la séparation de chromosomes s’effectue bien.

Le caryotype. Il sert à connaître la constitution chromosomique de la personne et analyse les chromosomes au niveau du nombre et de la structure. Grâce à une prise de sang, on cultive et sélectionne les lymphocytes pour étudier plus tard son noyau.

Dans certaines pathologies séminales (problème de dénombrement spermatique), nous recommandons de réaliser un caryotype pour écarter de cette manière les altérations qui pourraient justifer la faible production spermatique.

Hystéroscopie diagnostique. On réalise cet examen lorsque nous soupçonnons une altération dans l’utérus (polypes, myomes, endométriose ou en cas de fausses couches à répétition). Ceci consiste à introduire une canule étroite avec une caméra vidéo à travers du col de l’utérus pour visualiser la cavité utérine.