FÉCONDATION IN VITRO (FIV)

Imfer:Home/FÉCONDATION IN VITRO (FIV)
FÉCONDATION IN VITRO (FIV) 2017-05-22T11:32:37+00:00

FIV

1. Stimulation ovarienne

On emploie habituellement des produits pharmaceutiques chargés de favoriser une plus grande production d’ovules (entre 10 et 12 ovules), c’est-à-dire que le but poursuivi est ce qu’on appelle une super ovulation, avec l’intention de générer davantage de possibilités. Cette étape est contrôlée via des écographies vaginales et des tests d’œstradiol dans le sang. Lorsqu’on considère que les follicules sont mûrs (entre 16 et 18 mm de diamètre), l’extraction des ovules est programmée.

Si les écographies révèlent un nombre excessif de follicules, il peut être préférable d’annuler la stimulation, car il existe un risque de développement de ce qui est connu comme syndrome d’hyperstimulation ovarienne, caractérisé par l’accumulation de liquide dans l’abdomen, des troubles ou douleurs abdominales, une augmentation considérable de la taille des ovaires, une hémoconcentration, etc. qui peuvent exiger en dernier recours une hospitalisation.

2. Obtention des ovules:

La maturation des follicules étant obtenue, on procède à leur aspiration en vue de l’obtention des ovules. Cette dernière se réalise par ponction ovarienne contrôlée par écographie en salle d’opération, sous anesthésie légère. L’intervention dure en général environ 15 minutes, et la patiente rentre normalement chez elle au bout de 2 heures. Le liquide folliculaire recueilli est envoyé au laboratoire, où les ovules sont localisés sous le microscope, et où on procède à une estimation de la qualité et de la maturité de ces derniers.

3. Fertilisation des ovules et culture embryonnaire:

L’union ovule/spermatozoïde se réalise le même jour que l’extraction, c’est pourquoi il est nécessaire d’obtenir un échantillon de sperme du conjoint. En fonction des causes de stérilité, on dispose ensemble aussi bien des ovules que des spermatozoïdes dans une boîte de Petri, ou on réalise ce qui est appelé une micro-injection de spermatozoïdes (ICSI), qui consiste à introduire un spermatozoïde à l’intérieur de chaque ovule, le tout sous le microscope. Cette technique qui garantit pratiquement l’union ovule/spermatozoïde, une étape indispensable pour l’obtention de la grossesse, s’applique pratiquement dans tous les traitements de FIV.

Après environ 16 heures, les ovules sont examinés au microscope afin de connaître le nombre d’ovules fécondés. Après quelques heures de plus en culture, les ovules fertilisés commencent à se diviser, ce qui provoque le début du développement embryonnaire. Une fois divisés, leur morphologie est évaluée afin de connaître le nombre d’embryons viables et ainsi concrétiser la date du transfert embryonnaire.

4. Transfert embryonnaire:

À la différence de l’extraction, le processus de transfert des embryons dans l’utérus n’exige aucun type d’anesthésie, il s’agit normalement d’une procédure simple et rapide. Dès que le nombre d’embryons viables est connu, le nombre d’embryons à transférer est fixé et les autres sont congelés et stockés dans la banque d’embryons en vue de tentatives futures.

Le nombre d’embryons à transférer est déterminé sur base de différents paramètres tels que la qualité embryonnaire, les caractéristiques et l’âge de la patiente, les tentatives antérieures de fécondation par FIV, etc., mais on n’en transfert d’habitude pas plus de 2. Le test de grossesse s’effectue entre 12 et 14 jours plus tard.